De 1970 à 1979

1970 Un métro sur fond de crise

Au début des années 70, malgré l'engouement suscité par le prémétro, l'exploitation du réseau souterrain coûte très cher dans un climat social et économique très tendu et dégradé : c'est la crise due au premier choc pétrolier.

1972 Une flotte nommée « modernité »

Malgré ce contexte économique crispé, la flotte doit grandir et se moderniser. La STIB achète à nouveau des tramways de type 7000 et se dote de motrices articulées « 7500 » et, dans la foulée, de voitures bidirectionnelles « 7800 ». Une flotte de 480 autobus flambant neufs remplace les 400 véhicules déclassés. Le dépôt Delta est construit pour l'occasion. Dans le cadre des économies, on installe des oblitérateurs de cartes à voyages multiples et on ouvre des points de ventes extérieurs.

1976 Bruxelles a son métro

Le 20 septembre : des milliers de personnes participent aux festivités d'inauguration de la première ligne de métro. Long de 11 km, composé d'un tronc commun de De Brouckère à Merode, il se scinde en deux branches à la Porte de Tervueren pour desservir les quartiers Sud-Est (Beaulieu) et Nord-Est (Tomberg) de la capitale. 45 rames doubles sont mises en service.

Le 4 octobre : Le premier tronçon de l'axe Nord-Sud est mis en service.
Les travaux de développement se poursuivent à un rythme soutenu grâce au soutien des pouvoirs publics et à la confiance retrouvée des voyageurs.

1978 La STIB = 100% pouvoirs publics

L'Etat belge rachète les parts de la S.A. « Les Tramways Bruxellois ». Les pouvoirs publics détiennent ainsi l'ensemble des parts sociales de la STIB.
En mai, on inaugure un service de minibus pour les personnes handicapées.