ANTOINE MORTIER - LA PIÉTA

UN PEU DE CULTURE...

Deux sculptures en tôles d’acier corten (1988)

Le personnage couché et les trois silhouettes debout sont réduits à des formes sobres et strictement géométriques dans lesquelles des fentes et des ouvertures suggèrent les yeux. Dans cette oeuvre dure et poignante, on reconnaît un monument aux morts impressionnant (inspiré par le nom de la station), qui se veut un appel à vivre ensemble, à partager des souffrances. Antoine Mortier hésita, dans un premier temps, à accepter l’offre de réaliser une oeuvre d’art pour une station de métro. Il craignait que ce ne soit pas un environnement adapté à la conservation de peintures et hésita également parce qu’il considérait qu’une intégration totale dans l’architecture était indispensable et qu’il ne voyait pas, à première vue, de solution à ce problème, vu la nature du travail. Lors d’une visite du chantier, il fut cependant frappé par la matière et par la masse d’un long bloc en béton dans l’un des accès. Cela l’inspira, car lentement germait l’idée de concevoir deux imposants haut-reliefs de sculptures métalliques, qui seraient montées de part et d’autre sur toute la largeur.

ANTOINE MORTIER - LA PIÉTA