GILBERT DECOCK - ISJTAR

UN PEU DE CULTURE...

L'oeuvre

Ce bas-relief supporté par deux motifs de cercles sur les parois latérales des quais apparaît comme un arc de triomphe (d’où son titre « Isjtar », la déesse qui donne son nom à une des portes de Babylone sous le règne de Nabuchodonosor). Ici, l’opposition est cercles-carrés ouverts et cercles-carrés fermés en deux tons. Les cinq éléments du tympan et les deux panneaux sur les parois latérales forment une synthèse du langage imagé de Gilbert Decock. Decock a décrit lui-même le développement de la frise en cinq parties comme ceci: « Le carré vient du fond gauche, derrière les cercles ouverts, il apparaît à l’avant, image après image, jusqu’à devenir un motif de tête fermé à droite. Cette arrivée progressive jusqu’à l’avant-plan offre la continuité d’un dessin animé. Cette régularité est toutefois (consciemment) interrompue par la vitre ouverte fortement accentuée. »

GILBERT DECOCK - ISJTAR